Groupe A — Coopérative culturelle
12, rue d’Artois
59 000 Lille
contact @ groupeacoop.org

Chimère(s)

Bello Horizonte - Tirantes (Brésil)
Résidence de création
Du 10 août au 18 septembre 2015
Crédit de l’image : Pascal Marquilly

Chimère(s)

François Andes et Pascal Marquilly

« (…) Dans le sixième livre de l'Enéide réapparaît « la Chimère armée de flamme » ; le commentateur Servius Honoratus observa que, selon toutes les autorités, le monstre était originaire de Lycie et qu'en cette région, il y avait un volcan qui porte son nom. Le pied en est infesté de serpent, ses versants sont couverts de prairies et de chèvres, son sommet vomit des flammes et des lions y ont leur repaire ; la Chimère serait une métaphore de ce curieux ensemble. Auparavant, Plutarque avait suggéré que Chimère était le nom d'un capitaine aux penchants de pirate, qui avait fait peindre sur son bateau un lion, une chèvre et une couleuvre. Ces absurdes conjectures prouvent que déjà la Chimère ennuyait les gens. Plutôt que de l'imaginer il valait mieux la traduire en n'importe quoi d'autre. Elle était trop hétérogène ; le lion, la chèvre et le serpent (dans certains textes, le dragon) répugnait à former un seul animal. Peu à peu, la Chimère tend à être « le chimérique » ; une célèbre plaisanterie de Rabelais (« si une chimère, vacillant dans le vide, peut manger des secondes intentions ») marque très bien la transition. La figure incohérente disparait et le mot reste, pour nommer l'impossible. Idée fausse, vaine imagination, est la définition de la Chimère que donne maintenant le dictionnaire »

Jorge Luis Borges
(avec la collaboration de Margarita Guerrero)
Le Livre des êtres imaginaires
Gallimard (1987), Paris

Durant un mois de résidence dans la région du Minas Gerais au Brésil, l’équipe de création créera une Chimère inspirée de la faune locale et des représentations symboliques animalières issues de la mémoire populaire. La sculpture sera exposée lors du Festival de Artes de Tiradentes et à Bello Horizonte. La création de l’œuvre sera l’occasion d’ateliers de fabrication participatifs auprès des enfants de Tirantes et des étudiants de l’école des beaux arts de Belo Horizonte (UFMG).

Coopération culturelle

Le projet se déploie dans le cadre d’une coopération culturelle entre notre association et différentes structures locales. Différentes actions sont mises en place :
— un module pédagogique, à destination des enfants des écoles primaires, intégrant les représentations mythologiques locales et de la Grèce ancienne ainsi que les techniques de collages d’images.
— un appel à participation pour la réalisation collective de collages.
— une exposition itinérante des collages réalisés par les enfants.
— un atelier de fabrication en série de petites sculptures de Chimères dont certaines seront reproduites en céramique.
— une formation auprès d’étudiants des beaux arts autour des techniques de modelages.
— des rencontres entre notre équipe et des artistes locaux.

Équipe

  • Direction artistique : Pascal Marquilly, François Andes
  • Graphiste : Benjamin Barreau
  • Compositeur : Rodolphe Collange
  • Sculpture, modelage : Yves Gaumetou
  • Construction : Alex Herman

Partenaires

  • Région Nord Pas-de-Calais
  • Ambassade de France de Rio
  • Festival de Artes de Tiradentes
  • UFMG

Ressourcerie d’art
et du design (R.A.D)

Communauté Urbaine de Dunkerque
Résidence de territoire
De septembre 2015 à décembre 2018
Crédit de la photographie : Marc Mounier-Kuhn

Ressourcerie d’art et du design

Un projet du Groupe A - Coopérative culturelle, de l’AFEJI et de Kraft

R.A.D est un projet initié par le Groupe A - Coopérative culturelle et l’AFEJI, qui en gère la production et la réalisation. Kraft assurera la diffusion des réalisations lors de manifestations culturelles d’envergure.

Il s’agit de mettre en place des résidences d’artistes dont l’objectif sera d’opérer des processus de fabrication de collections de mobilier et d’accessoires design à partir des récupérations effectuées par la ressourcerie et en collaboration étroite avec le personnel en insertion de l’AFEJI.

Le projet a pour ambition de mettre en place progressivement une dynamique économique où le produit des ventes des objets design réalisés en série permettrait de consolider des postes salariés au sein de l’atelier de fabrication de l’AFEJI.

Les processus de fabrication des objets seront par la suite reproductibles par les équipes de l’AFEJI. Cette dynamique est projetée sur trois ans de préfiguration où nous sollicitons l’accompagnement des pouvoirs publics. Nous avons pour objectif de trouver l’autonomie financière du projet pour sa troisième année d’exercice.

Les artistes en résidence sur le territoire de la Communauté Urbaine de Dunkerque rencontreront les publics autour de la pratique du design. Les artistes en résidence auront à charge de s’inspirer du territoire et de ses habitants pour concevoir leurs productions.

Des ateliers de pratique de design sensibiliseront les publics du territoire à une démarche socio-culturelle et éco-responsable (inspirés des « fab lab » : mais où la pratique du design sera prédominante et liera les problématiques économiques à celles du développement durable, en garantissant à la fois un faible coût économique et un faible impact écologique, en étant participatif et ouvert).

Lancement du projet

La première résidence aura lieu du 15 septembre 2015 au 15 décembre 2015 avec le designer Alex Herman. Une première diffusion d’objets réalisés dans le cadre du projet sera visible lors de Mons 2015, Capitale Européenne de la culture, dans le cadre du salon du bien être (Mons - Belgique - Mai 2015).

Pour tous renseignements : contact @ groupeacoop.org

Un site dédié au projet sera mis en ligne dès octobre 2015

Partenaires opérationnels

Coud’Pouce, Fructose, Villenvie, Maison de quartier Pasteur, Maison de quartier Basse ville, 4 écluses, Université du Littoral, Bateau Feu, ADUGES, CCAS de Dunkerque, AAE

Partenaires

  • Région Nord Pas-de-Calais
  • Département du Nord
  • Communauté Urbaine de Dunkerque
  • Ville de Dunkerque

Regard d’artistes sur l’Union
Métamorphoses d’une ville,
un quartier à imaginer.

Maison de l’Union - Tourcoing
Exposition
Du 22 mai au 1 août 2015
Crédit de l’image : Benjamin Barreau et Marc Mounier-Kuhn

Regards d’artistes sur l’Union
Métamorphoses d’une ville, un quartier à imaginer

François Andes, Benjamin Barreau, Rodolphe Collange, Florette Eymenier, Alex Herman, Matthieu Husser, Gaëlle Lucas, Marc Mounier-Kuhn, Aurélien Rocland, Detlef Runge, Spyre

La plaine de l’Union est à ce jour un espace dénudé, une scène spacieuse, dépouillée de son décor, un désert peuplé ou un « espace des possibles », aurait dit le dramaturge Didier George Gabily. Un espace qui fut à dominante industrielle et qui se transforme peu à peu en une vaste réhabilitation urbaine croisant différents vecteurs économiques, sociaux, écologiques sur 80 hectares qui feront de l’Union le premier éco-quartier de la métropole lilloise.
Cet espace en chantier, cet atelier urbain attire le regard et notamment celui d’artistes qui n’ont pas manqué de fouiller, investir, interroger, éprouver ce qui apparait encore à ce jour comme une friche, un lieu en friche mais aussi comme un lieu en devenir, en pleine métamorphose…
C’est aussi un espace vide qui attend un repeuplement, une transhumance humaine qui viendrait traverser encore cette terre puis s’y établir. Un espace creux dans la densité urbaine dessinant une frontière entre verticalité et horizontalité où l’on pourrait y voir apparaître Artémis, divinité des marges, entre sauvagerie et civilisation, gardienne du passage de l’état sauvage à celui du civilisé. Une métamorphose comme une continuité, un passage, un lieu…
Cet espace aussi comme métaphore de la ville, d’une ville en recomposition, en évolution, en transformation - la ville, le refuge des hommes. Et des hommes qui n’ont de cesse de s’emparer à nouveau de l’espace et d’y bâtir leur demeure, d’y produire des richesses, de tenter d’être ensemble, de cohabiter ou de se séparer.

Ces métamorphoses du lieu seront donc au cœur de notre proposition.

Texte de Pascal Marquilly

Exposition collective à la maison de l’Union

Regard d’artistes sur l’Union est une exposition collective présentant différents regards artistiques sur l’Union qui aura lieu du 22 mai au 1° août 2015.
Vernissage le 22 mai 2015 à 18h30 à la Maison de l’Union - 65, rue de l’Union
59 200 Tourcoing
Géolocalisation : 50.709100,3.171565

Accès

Voiture : uniquement par le 157 rue de Roubaix à Tourcoing
Métro : Carliers ou Mercure
Bus : Liane 4, arrêt Union

Action de médiation

Concours de photographie(s) ouvert à tous. 6 photographies seront sélectionnées par un jury présidé par Eric Le Brun.
Les photographies lauréates intégreront la scénographie de l’exposition.
Lancement du concours le 20 avril.
Dépôt des photographies du 1° au 11 juin sur l’adresse : concours-photo-union @ groupeacoop.org
Vernissage des lauréats : samedi 27 juin
Renseignements : marine.foratier @ groupeacoop.org

Ateliers de création collective

L’artiste Gaëlle Lucas propose de construire une œuvre de manière collective dans le cadre de l’exposition Regards d’artistes sur l’Union. Elle accueillera des groupes d’enfants pour plusieurs sessions d’ateliers. Il s’agira de réaliser une carte-paysage de l'Union librement interprétée. Les techniques déployées seront le découpage, collage, travail de la matière.
Ateliers les mercredi matin de 10h00 à 12h00 : 27 mai / 3, 10, 17, et 24 juin / 15 juillet.
Lieux : Maison de l’Union (65 rue de l’Union à Tourcoing)
Vernissage de l’œuvre collective : samedi 18 juillet
Renseignements et réservations auprès de : contact @ groupeacoop.org

Partenaires

  • La Sem ville Renouvelée
  • avec la participation du Bureau d’Art et de Recherche

Équipe

  • Commissaire d’exposition : Pascal Marquilly
  • Graphiste : Benjamin Barreau
  • Constructeur : Alex Herman
  • Régie : Alex Arnaud et Bertrand Perrot
  • Médiation : Marine Foratier
  • Assistante de médiation : Ilona Lebrun

Rien ne chute

Roubaix
Intervention culturelle de territoire
De janvier 2015 à juin 2016
Crédit de la photographie : Aurélien Rocland

Rien ne chute

Benjamin Barreau, Rodolphe Collange, Pascal Marquilly, Marc Mounier-Kuhn, Aurélien Rocland, Ali Salmi

Dans un monde ou la hauteur semble être le paradigme de l’homme, toujours plus haut, toujours plus vite, plus rapide, un monde toujours plus clivant, séparé, exacerbé, un monde disjoint, écartelé, et foudroyant ou l’on regarde ahuri et halluciné, parfois amusé, les hommes tomber sans cesse dans leurs propres contradictions, il s’agissait d’observer un instant une suspension, une respiration, un flottement… RIEN NE CHUTE !

Rien ne chute fait suite au travail de territoire mené par le Groupe A - Coopérative culturelle depuis 2011 sur Roubaix : exposition P.O.P à la Condition Publique - événement Week-end Conditions Extrêmes Freestyle Ball, Rebonds à la Condition Publique - exposition P.O.P 2 à la Maison de l’Union. Forte de ces années de présence, l’équipe a su développer un large réseau de partenariats (associatif, social, culturel et sportif).
Ce projet vise à mettre au premier plan les pratiques populaires des habitants par le biais de différentes disciplines artistiques, l’occasion de découvrir des croisements originaux.

Ateliers graphiques, workshops, résidence de création, parcours photographiques

Des Worshops permettent aux jeunes ayant des pratiques culturelles ou sportives de croiser leurs disciplines avec celles d’artistes confirmés. Chacune des ces rencontres est finalisée par une présentation publique.

28 et 29 mars 2015 : Parkour59 et le chorégraphe Ali Salmi à la Maison de l’Union
4 et 5 mai 2015 : Basketteurs du Stade roubaisien et le compositeur Rodolphe Collange à la Condition Publique
25 et 26 juin 2015 : Da Mas et le metteur en scène Pascal Marquilly à l’ARA

Deux ateliers graphiques sont mis en place en partenariat avec le Centre social 3 Villes et Horizon 9 pour réaliser la communication annonçant les présentations publiques des Worshops et de la résidence de création.

Deux photographes, Marc Mounier-Kuhn et Aurélien Rocland, suivent l’ensemble des étapes du projet et réaliseront des séries photographiques qui seront installées dans l’espace urbain, créant un parcours entre les différents lieux accueillant le projet.

Du 19 au 31 octobre 2015, une résidence de création réunissant l’ensemble des participants aura lieu à la Condition publique. Cette session de travail aura pour objectif de se faire croiser les différentes pratiques pour la mise en scène d’une action spectaculaire commune.

En mai - juin 2016, une ultime résidence de création sera mise en place à la Condition publique durant deux semaines consacrée par deux jours de représentations publiques.

Le projet sera déployé en 2017 dans le cadre d’un projet européen.

Équipe

  • Direction artistique : Pascal Marquilly
  • Chorégraphe : Ali salmi
  • Compositeur : Rodolphe Collange
  • Photographes : Marc Mounier-Kuhn, Aurélien Rocland
  • Graphiste : Benjamin Barreau
  • Chargée de médiation : Marine Foratier
  • Direction technique : David Hazebroucq
  • Régie son : Bertrand Perrot
  • Régie lumière : Romain Gintzen

Partenaires

  • Département du Nord
  • Région Nord Pas-de-Calais
  • La ville de Roubaix
  • La Condition Publique
  • La Maison de l’Union
  • l’ARA
  • Centre social les 3 villes
  • Horizon 9
  • Parkour59
  • Da Mas
  • Le Stade Roubaisien

Vagues

Grand Palais - Paris
Installation monumentale
Films diffusés aux Nuits Blanches de Paris
en octobre 2015
Décembre 2015 - COP 21
Crédit de la photographie : Aurélien Rocland

Vagues

Pascal Marquilly

50 chaises disposées au bord de mer
50 chaises disposées en un rectangle
50 chaises devant la mer, face à la mer
50 hommes et femmes s'assoient sur ces chaises
C'est un ballet silencieux…
50 personnes face à la mer, regardent la mer…
La marée monte, lentement…
La mer avance, inexorablement…
Bientôt, les vagues lèchent les corps…
50 personnes à demi immergées regardent la mer…
La mer avance, gonfle, envahit l'étendue de sable…
La mer submerge le regard, engloutit les corps…
(…)

Des milliers de bouchons plastique.
Des milliers de bouchons plastique suspendus.
Une infinité de points blancs, bleus, bleus marine dessinant une vague.
Une vague constituée de bouchons plastique en lévitation.
La grande vague de Kanagawa modélisée par des bouchons plastiques.
Une pixélisation de cette image éculée projetée dans l’espace.
Un raz de marée de plastique emplissant l’espace.
Une accumulation de bouchons se dressant et submergeant le regard.
(…)

Extrait de la note d’intention du projet - Pascal Marquilly, octobre 2014.

Une installation en deux parties

L’installation présentera d’une part la projection d’un film sur un écran tendu du plafond au sol et s’étendant sur toute la largeur de l’espace accueillant la proposition et d’autre part la reconstitution en volume d’une estampe d’Hokusai, la grande vague de Kanagawa.

Le film montre cinquante chaises disposées en un rectangle de 10 chaises sur la largeur et de 5 chaises dans la profondeur, installées face à la mer. La mer monte inexorablement tandis que cinquante personnes sont assises sur les chaises. Cinquante personnes sont assises face à la mer et celle-ci continue son mouvement ascendant. La mer monte et gonfle jusqu’a submerger les cinquante personnes assises.

La grande vague de Kanagawa est quant à elle reconstituée à l’aide de bouchon de plastique blanc, bleu clair et bleu foncé (principalement des bouchons de bouteille d’eau). Les bouchons sont suspendus par des fils translucides. Une installation qui présente donc une reproduction pixélisée de la célèbre estampe de Hokusai à l’aide de bouchon comme autant de pixels, déployée en un volume dans l’espace.

Une installation qui alerte sur le réchauffement climatique et la pollution plastique des océans en deux images polysémiques.

Le projet sera exposé lors de la COP 21 à Paris en décembre 2015.

Différents films seront réalisés, présentant le même plan séquence devant différents océans du monde pour en capter les particularités, avec des populations qui toutes sont ou seront rapidement confrontées à la montée des eaux due au réchauffement climatique.

Tournage prévu d’ici octobre 2015

  • NOSY FALY (Madagascar)
  • WELLINGTON (Nouvelle Zélande)
  • NORMANDIE (France)
  • LOS ANGELES (USA)

Nous recherchons des parrainages pour finaliser la production des films. Si vous voulez vous associer à cette belle aventure, vous pouvez contactez Aurélien Rocland, chargé de production : aurelien.rocland @ groupeacoop.org

Les films seront aussi diffusés indépendamment de l’installation complète du projet.

Équipe

  • Direction artistique : Pascal Marquilly

  • Équipe cinéma :
  • Chef opérateur : Eric Alirol
  • Premier assistant : Aurélien Rocland
  • Seconde assistante : Odile Castagné
  • Compositeur : Rodolphe Collange

  • Équipe installation :
  • Direction technique : David Hazebroucq
  • Régie générale : Alexandre Arnaud
  • Construction : Alex Herman
  • Modélisation 3D et ingénierie : Richard Le Bihan
  • Lumière : Romain Gintzens

  • Chargé de production : Aurélien Rocland
  • Chargée de communication : Blandine Roselle

Partenaires

Akuo Fondation, Expédition 7° continent, Comité 21, Club de France développement durable, Région Nord Pas-de-Calais, Région Ile de France, ville de Paris, ville de Lille, Institut Français